Juin nature – l’agenda

by jeudi, 08 juin 2017 / Catégorie :actualités

En juin, la nature est à l’honneur dans l’agenda des JAU. On commence avec le Festival de la Terre, on se permet une escapade urbaine au Tarmac festival, on poursuit avec un chantier participatif en permaculture et on finit en s’initiant à l’écopsychologie pratique. On saupoudre le tout de conférences et d’agendas amis pour un mois riche en événements.


Ce soir ! Pour les plus réactifs d’entre nous, rendez-vous ce soir à Genève pour une table ronde sur les usages spontanés dans l’espace public. Intitulée Osez!, cette discussion se tient dans le cadre de la manifestation Mauvaise Herbe (du 8 au 18 juin), organisée par et le GIRAF, association des étudiant-e-s en Master en Développement territorial, fera dialoguer Loïc Chaussin et Mathieu Cirou, du collectif La Nizanerie, Marie-Christine Couic du collectif Bazar Urbain, Claire Gervais, urbaniste et spécialiste des usages et de la prospective urbaine, Karelle Ménine, écrivain, journaliste et artiste littéraire de l’espace public et Marcel Mühlestein, géographe et initiateur de pique-niques urbains. Si vous ne pouvez pas vous y rendre (comme moi), un infokiosque itinérant se baladera dans les rues de Genève jusqu’au 18 juin et proposera de prolonger la réflexion. Infos.

Du 09 au 11 juin. Chamanisme, bien-être, méditation, connexion à la terre : pendant trois jours, l’esplanade de Montbenon se métamorphose en temple méditatif, en camp scout pour adultes en mal de nature, en repère pour décroissants. Nous vibrerons à un rythme plus lent, celui du retour à la nature et à une société plus verte, plus équilibrée, plus harmonieuse. C’est un poil hippie mais on ne peut pas tellement leur en vouloir et on s’y rendra volontiers, notamment pour retrouver toutes les associations qui y sont représentées ! Tout le programme sur festivaldelaterre.ch

Les 09 et 10 juin (aussi). Vous préféreriez une alternative plus urbaine et ancrée? Rendez-vous pour la deuxième édition du TARMAC Festival à Renens. Dédié à l’art de rue et aux pratiques artistiques dans la ville, le festival questionne notre rapport à l’urbain et à ses codes, le tout au travers du large spectre des arts vivants. Entre les déambulations participatives de StiftungFREIZEIT et Manel Salas Palau, interrogeant notre espace de liberté dans une ville ultra codifiée, les performances de l’Ecole de Cirque de Lausanne-Renens qui prennent la ville comme terrain de jeu, et bien d’autres, la programmation est alléchante. A ne pas manquer, ça n’a lieu que tous les trois ans! Tout le programme sur tarmacfestival.ch

13 juin, 18h30. Conférence sur les jardins urbains organisée par Le Jardin sur les Toits de Lausanne et Possibl (dont on vous parle plus bas). La soirée sera l’occasion de présenter de nombreuses initiatives autour du jardinage urbain en ville de Lausanne et de rencontrer les acteurs de ces initiatives, avec notamment la présence de « Les incroyables comestibles », « Les JUL », « Equiterre », « La ferme de Rovéréaz » ou encore « l’association du Vallon AQV ». Toutes les infos.

17 juin. La ferme de Rovéréaz vous donne rendez-vous pour un chantier participatif en permaculture. Une bonne occasion de découvrir cette pratique plus que tendance (mais pour de bonnes raisons). La permaculture est l’art de recréer des écosystèmes (quasi-) autonomes pour que les plantes et la biodiversité boostent les potagers. Certains vont jusqu’à l’ériger en philosophie de vie. Même si l’événement promet d’être très prisés, ça vaut la peine d’aller mettre les mains à la terre tout en stimulant son intellect. Toutes les informations sont par ici.

20 juin, 19h00. L’écopsychologie, quésako? Bonne question! et les rencontres mensuelles d’écopsychologie pratique sont une bonne façon d’y répondre. Théorisée par Michel Maxime Egger, que nous aurons la chance d’accueillir lors des JAU, la pratique est une manière de se repositionner au sein du vaste système naturel dans lequel nous vivons et dont nous sommes partie prenante. La prise de conscience de cet enracinement doit amener à une prise de conscience des racines profondes de la crise écologique et permettre les changements de paradigmes nécessaires à la transition. Il l’explique sans aucun doute mieux que moi alors, – on va jeter un oeil? Ca se passe à Pôle Sud tous les derniers mardis du mois et les infos sont ici.

Pour conclure, nous voulions vous présentez deux réseaux qui s’occupent de mettre en contact les acteurs de la transition et de regrouper les initiatives sous une même bannière. La première de ces plateformes est valaisanne et il s’agit du réseau Etiks qui parvient à créer de réelles synergies entres les associations et les initiatives et permet la co-création de nouveaux projets. La seconde se concentre sur Genève et Lausanne. Il s’agit de Possibl qui regroupe sur son site un carnet d’adresses bien fourni (localisé sur une carte) ainsi qu’un agenda et un réseau d’associations existantes. Les deux valent d’y jeter un oeil.

TOP