Conférence Panel Citoyen

by jeudi, 15 novembre 2018 / Catégorie :Conférences

Conférence-Discussion – Alternative de la démocratie

 

Conférence-débat : Les panels citoyens – Une alternative de la démocratie (par Génération Nomination)

 

Parce que c’est toujours plus sympa de profiter du beau temps c’est dehors, devant le bâtiment du SCAB qu’a lieu une des dernières conférences débats des JAU. L’Association Génération Nomination, représentée aujourd’hui par Charly Pasche, vient présenter son principe de panels citoyens et échanger autour de problématiques telles que la responsabilité politique, le bien commun et le moyen de choisir nos représentants.

Charly commence par rappeler le but du projet de Génération Nomination, qui a commencé voilà 4 ans, à savoir de réintroduire le tirage au sort comme instrument de désignation de représentants. Tirant son origine dans la Grèce antique, le tirage au sort peut servir, selon l’association, de moyen d’assurer un meilleur répartition et représentativité des « élus », et d’assurer ainsi un roulement moins basé sur des luttes partisanes, ou des intérêts personnels. Cet outil donnerait plus de poids à des groupes souvent moins bien représentés (ex. femmes, pauvres) et pourrait également mettre à mal à un certain nombre de travers de la politique actuelle, encore trop influencée par les lobbys économiques, industrielles, voire idéologiques ; et marquée par des campagnes de plus en plus souvent réduites à des débats partisans intéressés ou dénigrants, qu’à des débats d’idées.

L’objectif serait de pouvoir introduire le tirage au sort pour déterminer les représentants du pouvoir législatif, l’exécutif étant « laissé » aux professionnels (censés suivre et mettre en l’application les lois élaborées par le Parlement/Conseil National).

La Suisse, de part sa taille et sa forte démocratie directe, ferait un bon terrain d’expérimentation de ce système. Il reste cependant encore pas mal de travail à faire pour vaincre les réticences, mais aussi pour donner plus envie aux gens (et aux jeunes particulièrement) de se mettre au services des autres, et s’impliquer dans la gestion de la société ; même si il est vrai que la participation à la vie locale a souvent été une caractéristiques des suisses.

Des initiatives de ce type ont eu lieu ces dernières années, dans différents pays, tels que l’Islande, exemple le plus connu, mais aussi plus près de chez, à Bienne ou un collectif a proposé d’élire la moitié du conseil communal sur base d’un tirage au sort.

 

 

La parole est donnée ensuite au public. Plusieurs questions et remarques.

Il est relevé l’intérêt, dans le panel d’avoir des gens « neutres » (i.e. pas trop experts), qui ne sont pas « liées » à des groupes d’intérêt, …mais qui pourraient demeurées influençables (par les experts justement).

En même temps, comme le rappelle Charly Pasche, la professionnalisation de la politique ne résout pas vraiment le problème car l’on voit que beaucoup de politiciens ne connaissent pas bien leurs dossiers et se reposent sur les experts, ne devenant que des communiquants au service leurs partis. Pour éviter de tomber dans ces travers, le principe du tirage serait qu’il soit fait sur une base volontaire (i.e. droit de refuser), et que la prise de fonction serait dans tous les cas précédée d’une « formation » à la politique, en termes de processus, cadre légal, et autres thématiques pertinentes pendant 1 an, puis assurerait  son mandat de 3 ou 4 ans.

Durant les échanges, il sera aussi question de conventions citoyennes, pour lesquelles le tirage au sort est utilisé pour désigner un groupe pour réfléchir sur des thèmes de Société extrêmement importants comme, par exemple, le nucléaire ou la génétique, avec là aussi un accompagnement des personnes pour les faire adhérer au projet

 

Au sortir de cette conférence, petit échange avec un participant pour recueillir ses réactions sur le sujet !

 

« – Bonjour David, on espère que tu vas bien et que tu as bien profité de l’événement. Nous aimerions te poser quelques questions à propos de la conférence

Tout d’abord, dis-nous quelques mots sur qui tu es et pourquoi tu es venu écouter cette conférence ?

– Je m’appelle David Zurbriggen, je suis suisse-allemand vivant à Lausanne et Zurich. Je suis venu a cette conférence car le thème de la participation des habitants dans la gestion d’un quartier, village et d’un pays m’intéresse. En plus l’idée de tirage aux sort pour désigner des responsables politiques me parait intéressante. Au début ça me semblait complètement utopique, mais avec les explications qu’on a reçues dans la présentation je ne trouve l’idée plus aussi illusoire que ça…

 

– Quels sont, selon toi, les éléments qui seraient favorable dans le contexte suisse, pays de la démocratie directe, pour mettre en œuvre de tel outil ?  Et vois-tu d’autres limites que celles déjà mentionnées pendant le débat ?

– Il me semble qu’en Islande une expérience dans ce type a été déjà lancé. La petite taille du pays a certainement aidé. La Suisse est un peu plus grande, mais pas trop non plus et avec sa tradition de démocratie directe il serait probablement possible de mettre en place un tel outil politique. Je suppose que les gens ici serait assez murs et mieux préparés qu’ailleurs, par exemple dans une démocratie représentative comme l’Allemagne.

Je me demande à quel point ce type de système serait résistant au populisme, ou si justement le risque serait moins grand. 

– Tu es d’origine Suisse-allemande et tu vis en partie à Zurich, penses-tu que cette problématique plus abordée outre-Sarine ? plus en avance, ou alors approchée d’une manière différente ?

– J’ai personnellement l’impression qu’en général, dans les pays et régions germaniques-nordique-scandinave les structures sont un peu plus « plates » et moins hiérarchiques comparé aux pays latins, les responsabilités légèrement mieux distribués sur les différents niveaux.

 

– Serais-tu  toi-même, fier, excité, anxieux, ou alors mécontent de participer à un panel citoyen ?

– Personnellement je pense que je serait certainement un peu anxieux au début, mais content de pouvoir participer et je donnerais tout pour prouver que c’est possible. Fier je serais a la fin quand ça aura bien marché (rires)

 

Un grand merci David pour le temps qui tu nous as accordé ! Bonne suite !

 

Si vous voulez creuser encore la problématique et en savoir plus sur les panels citoyens et les autres outils proposés par l’association Génération Nomination : https://www.genomi.ch/accueil/

A noter également des essais de constitution de panels citoyens (ou de groupe de suivi citoyens) dans certaines démarches urbanistiques actuelles, par exemple pour le réaménagement de la place Perd-temps à Nyon (http://www.participanyon.ch/projets/square-perdtemps/place-perdtemps/).

 

Enfin, vous pouvez ré-écouter une partie des échanges , c’est ici ! (Lien vers fichier son)

 

Sons
TOP